Du désert à la Terre Promise

 

Nous avons été invités ces derniers temps à nous remettre ou nous mettre devant le Seigneur. Le mot d'ordre a été: "Si mon peuple s'humilie, s'il prie, cherche ma face, se détourne de ses mauvaises voies…" (2 Chroniques 7/14). Mais cet appel qui entraîne la guérison du pays et le pardon de nos péchés est souvent un parcours du combattant, un temps de désert personnel où nous nous retrouvons seuls face à Dieu…et  à nous-mêmes!  Mais un temps nécessaire! Il y a quelques années nous avons marché dans désert du Néguev. Au début c'est une promenade sympathique… mais progressivement le silence s'installe de plus en plus.. On est face à soi-même. Et face à la grandeur de notre Dieu. Mais ce temps de désert mène quelque part!

Dans ce chemin de désert, d'attente, d'espérance, qui va pour nous en ce moment de Pâque à Pentecôte il y a deux autres verbes que le Seigneur aimerait nous donner: sortir et entrer. Dans le Ps 121 que nous entendons souvent au cimetière il est dit à la fin: "l'Eternel gardera ton départ et ton arrivée, dès maintenant et pour toujours." J'aime bien le toujours…Il n'y est pas question de quelques semaines ni même de quelques années.

Le voyage du peuple d'Israël de sa sortie d’Égypte à son entrée dans la Terre promise est en parallèle avec notre voyage à nous en tant qu'enfants de Dieu, mais aussi en tant que pèlerins sur cette terre. Même les héros de la foi comme Abraham ou Jacob ou David l'ont été comme nous le sommes! Hebr. 11/13 dit: "C'est dans la foi qu'ils sont tous morts, sans avoir obtenu les choses promises; mais ils les ont vu et salué de loin, reconnaissant qu'ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre."

C'est vrai : Il y a un vrai parallèle entre la marche d'Israël dans le désert et la nôtre dans les temps que nous vivons! Paul dit quelque chose d'intéressant en 1 Cor 10/11 que je vous invite à lire (avec les v.1-10):  "Tous ces faits leur sont arrivés pour servir d'exemples et ils ont été écrits pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des temps." Je ne sais pas si nous sommes à la fin des temps, mais sûrement dans la fin des temps et encore plus certainement à la fin d'un temps! Mais ce que le peuple a vécu et traversé doit nous servir d'exemple! De guide, de carte Michelin spirituelle. Parce que le Seigneur nous emmène dans le meilleur!

La terre promise à Israël était un petit pays (encore aujourd'hui), mais il était au milieu de grandes nations. Le peuple devait servir aux nations de modèle d'adoration et d'obéissance à un Dieu bien meilleur et plus juste que tous ceux qui les entouraient. Ceux qui écoutaient la voix de Dieu étaient au bénéfice des bénédictions et de promesses extraordinaires: une longue vie, la paix, la joie, la prospérité… Même la nature était prospère à cause de la juste attitude dans la gestion de la terre….

De la même façon le Seigneur ne nous sauve pas pour que nous allions juste au ciel un jour, mais pour qu'au milieu du monde qui nous entoure nous soyons ceux qui vivent et témoignent qu'une autre façon de vivre est possible sous le regard de Dieu! Il y a des avantages à vivre la foi chrétienne si le Seigneur est notre Seigneur! Notre vie de foi est tout le contraire de ce beaucoup pensent: ennuyeuse, avec un message qui ne s'adresserait qu'aux faibles, qu'aux enfants et aux mourants ! Mes amis, C'est tout le contraire!

Nous pouvons aussi vivre dans un pays où coulent le lait et le miel ici et maintenant. Nous pouvons aussi être une bénédiction pour ceux qui nous entourent, si nous arrêtons nos mesquineries, divisions, jalousies, jugements et critiques!

Et même si le chemin est long, de temps en temps sinueux et rempli d'épreuves, comme nous le voyons en ce moment autour de nous et dans le monde, il mène à la bénédiction sous la conduite de Jésus-Christ. Malgré tous les obstacles nous sommes appelés à vivre la puissance de Pâques et de Pentecôte sur la terre, ici et maintenant… et pour toujours!

Thierry Geyer