1 Corinthiens 2/9: "Ce que l'œil n'a pas vu, ce que l'oreille n'a pas entendu, ce qui n'est pas monté au cœur de l'homme, Dieu l'a préparé pour ceux qui l'aiment."

 

Cette reprise de la parole d’Ésaïe 64 veut être le mot d'ordre pour cette nouvelle saison qui commence. Nous sommes passés en 2020 en l'espace de quelques semaines de beaucoup de rencontres, veillées, formations… dans un temps où plus rien n'était possible, du moins en groupe. La pandémie qui a fait rage (et qui continue encore de nous embêter) ne nous a pourtant pas empêchés de continuer à vivre la communion fraternelle, à inventer de nouvelles formes de communication et de nous approcher encore plus de notre Dieu. Nous nous sommes portés les uns les autres dans la prière, et même si aujourd'hui nous ne sommes pas revenus à une forme de "normalité", nous continuons à demander au Seigneur qu'il nous éclaire, nous conduise, nous donne de nouvelles impulsions pour les temps qui sont devant nous.

S'il y a un temps pour tout sous le soleil comme le proclame le roi Salomon dans l'ecclésiaste, le temps appartient à Celui qui est Père, Fils et Saint-Esprit, et rien ni personne ne pourra empêcher ses (bons) projets de se réaliser.

Nous ne sommes pas bloqués dans notre recherche du cœur de Dieu, et nous vous invitons à le rechercher avec nous. Ayons les yeux grand ouverts pour regarder ce qui se passe en nous et autour de nous, et ce que le Seigneur veut nous montrer. Ayons les oreilles attentives pour écouter la voix du Saint-Esprit révéler même les profondeurs de Dieu. Que nos pensées soient renouvelées dans notre volonté de faire la volonté du Père qui est aux cieux.

C'est un temps nouveau, où notre marche avec Dieu va devenir de plus en plus passionnante. J'en suis certain, et j'espère que vous aussi.

Prions comme Jésus nous l'a enseigné dans le Notre Père: "Règne de Dieu vient, que ta volonté, celle qui est inscrite dans les cieux s'accomplisse sur la terre!"

Que le Royaume se manifeste en nous, au milieu de nous, au travers de nous, pour que la volonté de notre Dieu se fasse jusqu'au retour de Jésus-Christ.

 

Thierry Geyer